← Retour à la page principal « Obtenir Fedora ».

Michel, chercheur en technologies de l'information

Michel Alexandre Salim, originaire d'Indonésie, effectue actuellement son doctorat en Allemagne. Son groupe de recherche se concentre sur les wikis et les outils de développement d'applications. Michel est un utilisateur Fedora de longue date et nous dresse un tableau des meilleures applications de développement web à utiliser dans Fedora.

Michel Alexandre Salim

D'où viens-tu ?

Je suis né en Indonésie et j'ai habité à différents endroits comme Singapour, aux États-Unis, au Royaume-Unis. Je fais maintenant mon doctorat dans une université en Allemagne.

Qu'est-ce que tu étudies ?

Mon groupe de recherche se concentre sur les wikis et les outils de développement. Nous travaillons à fournir des bases plus solides pour ces types d'outils. Cela signifie rendre les wikis plus structurés et plus programmables et faire en sorte d'y décrire une organisation des processus de développement logiciel facilement réutilisable dans d'autres contextes. Nous utilisons différentes distributions, comme Debian/Ubuntu et openSUSE, mais je suis heureux de dire que nous avons un ordinateur portable sous Fedora en ce moment.

Quel est ton pseudo sur IRC ?

Hircus. Ce pseudonyme a sa petite histoire. Je m'intéresse un peu à l'astrologie, mais il s'avère que je suis né sous des signes gréco-romains et chinois identiques : capricorne, durant l'année de la chèvre. Et « Capra hircus » est, je crois, le nom scientifique pour désigner la chèvre. C'est une manière de faire un pied de nez à l'astrologie et à tous ces versés dans le Gospel qui appellent les gens à être des moutons plutôt que des chèvres bien que je n'en sois pas une non plus.

Quand as-tu commencé à utiliser Fedora ?

D'une certaine manière, avant que Fedora Extras n'existe ! J'ai d'abord découvert Linux lors d'une fête à Singapour. Je n'avais même pas encore d'ordinateur et c'était avant que les Live CD ou Live USB n'existent donc je n'avais qu'une connaissance théorique de Linux. Lorsque j'ai eu mon ordinateur, j'ai pu essayer Caldera Linux en 1998 et j'ai commencé à rencontrer des problèmes avec ma carte graphique. J'ai régulièrement eu des problèmes avec cette carte graphique... c'était une carte Diamond FireGL Le premier Linux que j'ai pu mettre était RHL... 5.1 ou 5.2. Et bien sûr X démarrait en 640x480 par 16 couleurs. Donc la période où j'ai utilisé cet ordinateur, il tournait la plupart du temps sous SuSE Linux et Debian. J'ai donc connu des distributions basées sur RPM ainsi que Debian. Mais pour couper court à l'histoire, je n'ai pas cessé d'utiliser Red Hat à partir de la version 7.x. À certains moments, j'ai fait du backport de paquets depuis Fedora Rawhide, comme Evolution par exemple. C'était à peu près l'époque où Warren Togami a lancé le Projet Fedora. Nous en avons plusieurs fois discuté et puis c'est devenu Fedora Extras. Ensuite, Core a été retiré. Aujourd'hui, je n'utilise plus du tout Evolution. J'ai arrêté quand la prise en charge de l'IMAP est devenu problématique il y a quelque temps, mais j'aime son côté précurseur sur le concept de dossiers virtuels par exemple. Evolution a été mon point de départ dans le packaging pour Fedora. C'était vraiment sympa.

Comment t'es-tu intéressé aux sujets des médias sociaux et de l'internet ?

Je suis en quelque sorte fasciné par la communication par les média électroniques et dans un sens, la plupart des premiers concepts réseaux sont un héritage d'Unix (internet a commencé sur un ordinateur NextSTEP, je crois, mais c'est un dérivé d'Unix). À un certain moment j'ai décidé d'utiliser Linux sauf dans des cas comme pour flasher le BIOS de ma carte-mère, où j'ai besoin de Windows. J'avais besoin d'être sûr que je pouvais toujours blogguer, discuter etc. comme je le faisais normalement. Dieu merci, c'est une tâche beaucoup plus facile aujourd'hui. Je suis par contre encore de la vieille école lorsqu'il s'agit des services comme Twitter. Je l'utilise directement depuis le site, le lie depuis d'autres services (par exemple, Ping.fm pour le diffuser sur divers micro-blogs et HootSuite pour lires les blogs et les rediriger vers Ping.fm). Il m'arrive d'utiliser des outils en ligne de commande comme l'excellent bti de Greg KH (un client Twitter et identi.ca qui vous permet de publier des tweets depuis la ligne de commande).

Quelles sont les applications de messagerie instantanée que tu regardes dans Fedora ?

Concernant la messagerie instantanée, je recommande une application qui s'appelle Pidgin. Il y a quelques extensions sympa d'ailleurs :

  • OTR (off the record) qui permet de chiffrer facilement la conversation des deux côtés de la chaîne. Je l'utilise avec ma sœur qui est sous Mac.
  • Le mode psychique est vraiment terrible. Sur certains réseaux de chat, vous pouvez être notifié à chaque fois que quelqu'un commence à taper son message. La plupart des logiciels de chat n'utilisent pas cette notification mais Pidgin le fait. Vous pouvez alors prendre par surprise vos amis en leur envoyant rapidement un petit « oui ? » alors qu'ils sont en train de taper. Le client de messagerie populaire sur Mac, Adium, utilise le backend de Pidgin, libpurple. C'est une bonne chose qu'il y ait cette prise en charge sur plusieurs plateformes.
  • Il existe une extension qui met à jour votre statut avec la musique que vous écoutez actuellement depuis l'application Rhythmbox. Vagalume, une application libre pour Last.fm peut aussi modifier le staut de Pidgin.

Le client IRC pidgin n'est pas mal non plus.

Quel logiciel de blogging recommandes-tu sur Fedora ?

Pour blogguer, j'utilise Drivel, qui prend en charge LiveJournal, WordPress et d'autres systèmes de blogs. Malheureusement, le logiciel n'est plus développé. Il existe également une extension pour Chrome ou Firefox, ScribeFire, qui fonctionne très bien. Elle prend en charge pratiquement toutes les plateformes de blogs que l'on peut citer.

Pour quelqu'un de nouveau sur Linux et avec les logiciels libres, utilisant intensivement des applications sociales en ligne, telles que Facebook, Twitter, MySpace, etc., pensez-vous qu'il est susceptible de rencontrer des problèmes en utilisant ses applications favorites sur Fedora, ou cela fonctionnera sans problème ?

Les utilisateurs de Linux peuvent faire de la visio-conférence (sur une station de travail Linux ou sur un Nokia N-series basé sur Maemo par exemple). Mais l'interopérabilité entre les versions de Google Talk sur Windows ou Mac peut poser problème. Pidgin avait tendance à planter quand un utilisateur de GTalk lançait une conversation vidéo sur Linux. Sur une architecture 64 bit, faire fonctionner Flash, est j'en ai peur, un peu problématique. Une documentation existe - et je crois que Firefox va rediriger les utilisateurs vers les site interne d'Adobe d'où ils pourront télécharger Flash, mais ce n'est malheureusement pas aussi automatisé que sous Windows/Mac (le site pour Flash peut d'ailleurs faire un peu peur si vous ne savez pas ce qu'est un fichier RPM ou DEB).

Mais les sites internet qui utilisent Flash, il n'y a pas de problèmes ? Les web 2.0, ajax... ça fonctionne ?

AJAX fonctionne correctement. J'ai rencontré récemment un problème sur un outil d'un seul réseau social qui ne fonctionnait pas sous Linux ; l'extension Delicious pour Firefox. Delicious est un service de partage de marques pages, mais il est possble de masquer vos marques pages. C'est très pratique si vous utilisez plusieurs navigateurs internet. Vous n'avez pas à vous baser sur leurs systèmes de marques pages. Une mise à jour récente casse la prise en charge avec Linux. Vous pouvez l'installer mais votre liste de marques pages reste vide... et les développeurs ont reconnu ne pas avoir testé sous Linux ! Les anciennes versions fonctionnaient toujours et puis le problème fut corrigé en quelques semaines.

Une chose vraiment bien sur le fait que Fedora soit toujours à la pointe de la technologie est que même si vous vous contentez des versions stables, vous avez les nouvelles fonctionnalités peu après qu'elles soient annoncées. Fedora 14 va utiliser le nouveau codec WebM par exemple. Je crois que Youtube encode maintenant toutes ses nouvelles vidéos HD dans ce format ainsi qu'en H.264.

Qu'en est-il des développeurs web qui veulent utiliser Fedora ? Quels sont les avantages pour eux à utiliser Fedora ?

Fedora est certainement le meilleur choix en tant que plate-forme de développement, grâce à sa technologie de virtualisation. Red Hat mène d'arrache pied le développement de KVM, et Oracle Virtual Box (pratiquement libre, à part la version qui propose des fonctionnalités 3D et USB) est également disponible. Si ainsi vous souhaitez tout faire depuis une même machine, Fedora est certainement un bon choix. KVM est la seule solution de virtualisation qui prend en charge sans problème les systèmes d'exploitation BSD. Il y a aussi le projet de Richard WM Jones (un employé de Red Hat), guestfish, qui vous permet d'accéder aux images de l'invité depuis le système d'exploitation hôte.

SI je comprends bien avec guestfish, vous n'avez pas besoin de démarrer l'invité pour accéder aux fichiers ? Vous avez simplement à monter le système de fichiers ?

C'est cela, vous n'avez pas besoin de le faire. Je crois même qu'il peut monter les disques LVM et modifier des morceaux d'images disque avec un éditeur héxdécimat, etc.

Qu'en est-il des plateformes de développement disponibles sur Fedora ? Y a-t-il Ruby On Rails et les autres ? Quelles sont les applications à destination des développeurs ?

Je crois qu'il y a Ruby On Rails et les plateformes les plus populaires pour Python (Turbogears, DJango, etc.).

Pour écrire du code, cela dépend : je ne suis pas marrié à un seul éditeur. Pour le développement de médias sociaux par exemple, je dirai que l'éditeur que vous devriez utiliser dépend du framework que vous utilisez sur l'ensemble de la plateforme. Si c'est Java, alors vous pouvez utiliser Eclipse ou Netbeans (ils sont tous les deux présents dans les dépôts, bien que si vous souhaitez installer des extensions tierces, notre paquet Netbeans est certainement plus simple à utiliser ; si vous souhaitez personnaliser Eclipse, je vous conseille de le télécharger depuis eclipse.org). Pour Python, au choix, Eclipse ou Netbeans (les deux prennent bien en charge Python), ou mon préféré, utiliser ipython depuis un terminal, en parallèle avec Emacs pour la modification des sources. Ipython est un interpréteur de commandes python amélioré. Il colore la syntaxe, complète le code, etc. N'oublions pas gedit. Notre environnement de bureau par défaut, GNOME, utilise une bibliothèque partagée pour la coloration syntaxique. Gedit, AJuta (un IDE de GNOME) et d'autres applications prennent toutes en charges les mêmes langages de programmation. Nous proposons également un langage semblable au C#, Vala, qui est utilisé par certaines de nos applications clés (l'éditeur de photos Shotwell, le client de microblogging Pino). Il existe également une extension pour gedit qui le transforme en IDE pour Vala (avec la complétion du code, etc.) et créée par les développeurs de Shotwell. Elle s'appelle Valencia et est actuellement en cours d'intégration dans nos dépôts pour être disponible pour Fedora 13 et 14.

Donc si l'on souhaite créer une station de travail de développement web sur Fedora, on dirait qu'il y a plein de possibilités. Quels seraient tes choix de framework et d'IDE ?

J'ai une préférence pour les plateformes Django, celles où il n'est pas nécessaire de connaître tous les composants qui en font partie, car ils devraient tous fonctionner correctement ensemble. Donc je dirai Django pour Python et si vous recherchez quelque chose plus adapté, le framework Play pour Java/Scala est vraiment sympa. Les deux vous permettent de déployer vers l'App Engine de Google pour disposer de votre propre hébergement gratuit pour vos applications web (App Engine dispose de deux backends ; celui en Python est un Django quelque peu modifié et celui en Java vous permet d'utiliser votre propre framework, sujet à certaines limitations). Ce que j'apprécie sur le framework Play, c'est qu'il s'agit du premier framework basé sur Java qui fonctionne comme Python / Ruby On Rails. Vous n'avez pas besoin non plus de lancer les étapes de compilation et il détecte automatiquement les modifications du code.

Pour un IDE, je suis plus fan de Netbeans et d'Eclipse. Si vous êtes un développeur J2EE, Netbeans fonctionne avec votre projet Ant et Maven. Vous pouvez même modifier les fichiers de configuration avec Netbeans.

Netbeans et Eclipse fonctionneront-ils avec Django ?

Netbeans prend bien en charge Python, c'est sûr. Vous n'avez qu'à lancer Django depuis la ligne de commande et il détecte automatiquement les modifications du code, donc vous n'avez pas besoin de redémarrer votre serveur de développement.

Recommandes-tu Fedora pour les développeurs web qui travaillent ensemble ?

Pour la collaboration, ça dépend. L'email est probablement la meilleure solution. Au travail, nous utilisons Git pour la gestion de version et nous configurons un point d'entrée post-commit qui envoie les notifications par email aux développeurs du projet. De cette manière, s'il y a un problème avec une modification particulière, nous pouvons créer un fil de discussion en dehors de l'email de notification.

Tu veux ajouter quelque chose pour les utilisateurs de Fedora et les nouveaux arrivants ?

Juste un petit conseil concernant les cartes graphiques car il m'est arrivé d'avoir des surprises, faites attention lorsque vous choisissez un nouvel ordinateur portable. Si possible, essayez l'ordinateur dans le magasin à l'aide d'un live CD ou sur l'ordinateur d'un ami pour être sûr que les fonctionnalités 3D de la carte graphique soient prises en charge.

Merci Michel !

← Lire plus d'entretiens des utilisateurs de Fedora.