Améliorations matérielles dans Fedora 13

From FedoraProject

Revision as of 21:21, 23 May 2010 by Bouska (Talk | contribs)

Jump to: navigation, search

Contents

Éclairage sur ...

À chaque version de Fedora, les utilisateurs découvrent une multitude de nouvelles améliorations, possibilités et fonctionnalités qui n'existaient pas auparavant. Certaines de ses fonctionnalités sont évidentes comme de nouvelles icônes, des interfaces revues etc... mais parfois quelques unes de ces fonctionnalités nous rendent la vie plus facile sans que l'on s'en rend compte.

Nous avons tous différents types de matériels sur lesquels nous faisons tourner Fedora. Machines de bureaux, portables, netbooks, #tous disposant de périphériques# chez nous, au travail, à travers #différents connecteurs et différentes possibilités#. Comment cela fonctionne-t-il ? Lors des interviews suivantes, nous allons discuter avec des membres de trois projets travaillant à s'assurer que ces choses fonctionnent dans Fedora 13 pour vous puissiez utiliser votre matériel au maximum.

La fonctionnalité Nouveau couvrent différents domaines. Premièrement, le support expérimental de la 3D pour les cartes graphiques NVIDIA signifiant que bon nombre d'applications 3D fonctionneront #dont# les effets de bureau, #mais aussi# la connexion d'un écran avec le nouveau connecteur DisplayPort. Ce sont des nouveautés fournies par Nouveau.

Vous venez juste d'ajouter une nouvelle imprimante, et découvert que la configuration était du gâteau ? L'installation automatisée de pilotes d'impression vous permet de brancher une imprimante, d'autoriser son installation et d'imprimer. Fini les pilotes d'impression #mesquins#, et adieu les boîtes de dialogues incompréhensibles.

Si vous êtes graphiste, ou bien aimez l'idée du « what you see, is what you print » (ce que je vois est ce que j'imprime), la gestion de couleurs est la fonctionnalité qu'il vous faut. Scanner les vieilles photos en s'assurant que la robe rouge de grand-mère n'apparaisse pas rose à l'écran, ou bien que le canard jaune vous êtes en train d'imprimer ne sorte pas orange. Quelques exemples où la gestion des couleurs peut vous rendre service dans vous activités quotidiennes.

Fedora se rapproche à chaque version du « ça marche tout simplement » mais cela est impossible sans #vous#. Tester vos périphériques lors des versions Alpha, Bêta et finale rend un immense service aux développeurs qui passent de longues heures afin que votre matériel soit pris en charge du mieux possible. Fedora a récemment conduit une journée de test pour Nouveau, et les pages Installation automatisée de pilotes d'impression et gestion des couleurs contiennent chacune des informations permettant de tester les fonctionnalités correspondantes Êtes-vous #intéressé pour aider# à rendre chaque version de Fedora encore meilleure ? Rejoignez-nous.

Nouveau

Robyn Bergeron, Ben Skeggs

Interview

Ben, présente toi! Qui es-tu et sur quoi travailles-tu ? Salut! Je suis Ben Skeggs, développeur pour Nouveau depuis quelques années maintenant. Je suis employé par Red Hat pour travailler sur Nouveau à temps complet et le maintenir dans Fedora/RHEL depuis près d'un an.

Je discute avec des membres de différents projets de Fedora travaillant sur la prise en charge du matériel pour Fedora 13 (et au-delà !). J'ai compris que tu travailles sur Nouveau. Peux-tu me donner un aperçu général de comment #cette fonctionnalité marche# et les différents aspects de celle-ci. Je sais qu'il y a une partie sur le DisplayPort et la 3D également.

La fonctionnalité Nouveau dans Fedora couvre tout ce qui concerne la fourniture d'un pilote fonctionnel libre pour les cartes graphiques nVidia. C'est une fonctionnalité assez large couvrant tout depuis la détection des périphériques et l'affichage sur les écrans disponibles à #permettre# aux utilisateurs de faire tourner des applications nécessitant le support d'OpenGL, et tout ce qui s'en suit. :)

Parlons du DisplayPort. Qu'est-ce que c'est et comment cette fonctionnalité est utile à l'utilisateur ? Peux-tu m'expliquer à quel point est-ce facile pour l'utilisateur moyen #de faire marcher ça# ?

DisplayPort (DP) est un nouveau connecteur standard pour les écrans. Pour Fedora, cela consiste à implémenter la prise en charge des périphérique supportant DP dans les pilotes appropriés. L'utilisateur a juste à brancher son écran et cela doit "simplement fonctionner" comme avec les écrans VGA/DVI/HDMI le font actuellement. DisplayPort est aussi #capable# d'être utilisé pour les écrans de portables.

Le #support fourni# dans les derniers paquets de Nouveau dans Fedora est plutôt limité. Cela fonctionne pour la plupart des cas où l'écran est déjà connecté lors du démarrage, mais quelques détails du fonctionnement #du matériel# nous échappent pour offrir une prise en charge « parfaite » à l'heure actuelle.

Passons aux pilotes 3D expérimentaux. Je sais que Fedora 13 verra pour #la première fois# des pilotes 3D expérimentaux pour les cartes nVidia, mais #ceci# est également un travail de fond avec les cartes des autres « constructeurs » depuis un certain temps. Peux-tu m'en dire un peu plus sur comment cela a évolué depuis les précédentes versions de Fedora ?

Comme tu l'as mentionné, F13 est la première version à voir arriver la prise en cherge libre de la 3D pour les cartes nVidia. En amont, il y a un développement à ce sujet depuis un certain temps, mais rien d'utilisable en production jusqu'à très récemment.

À ce stade, les pilotes sont désormais capables de faire tourner bon nombre d'applications OpenGL avec la plupart des cartes graphiques, mais il subsiste encore bon nombre d'anomalies à corriger, donc les pilotes sont encore dans mesa-dri-drivers-experimental :)

Comment des pilotes 3D expérimentaux peuvent être utiles à nos utilisateurs ? Quelles applications ceux-ci utilisent pour créer ce besoin ?

Ils sont utiles dans le sens où ils permettent à un large spectre d'utilisateurs d'activer les effets de bureaux ou d'essayer GNOME Shell. Bon nombre d'applications 3D devraient fonctionner également et être plus performantes qu'avec un rendu OpenGL logiciel !

Parle-nous un peu des aspects communautaires de ce projet, à la fois au sein et en dehors de Fedora. Qui d'autres travaillent sur le projet avec toi ?

Il y a un certain nombre de personnes impliqués dans Nouveau ces derniers temps, travaillant sur différents domaines. Visite le wiki de Nouveau (lien ci-dessous) et tu devrais avoir une bonne idée de ce qui se passe autour de Nouveau :)

Et les tests ? Est-ce que beaucoup de membres de la communauté Fedora #arrivent# en te disant qu'ils sont partants pour t'aider à s'assurer que #ce travail# fonctionne sur leurs machines, avec leur écran DisplayPort et/ou leurs cartes graphiques ?

Le fait que Fedora fournisse Nouveau a été d'un grand secours, permettant d'élargir notre base de testeurs et rencontrer un nombre de configurations que nous avions à peine effleurées. Les journées de tests Fedora ont été d'une grande aide en rassemblant des utilisateurs pour tester soigneusement le pilote et rapporter les anomalies.

Quels sont les plans et la feuille de route à l'avenir ?

Il est difficile de prédire les écueils que nous rencontrerons, mais actuellement nous prévoyons d'améliorer la prise en charge du DisplayPort et de donner plus d'attention aux pilotes 3D qu'auparavant. Bien évidemment, nVidia vient juste de sortir la série GF100 et il y aura beaucoup de travail pour prendre en charge ces cartes-là.

Où peut-on trouver plus d'informations sur Nouveau ? Y-a-t'il un portail communautaire ou une page wiki, un endroit ou rapporter les anomalies, ou mieux encore, vous rapporter que tout fonctionne à la perfection ?

Le wiki Nouveau se trouve à [1], et comprend divers liens et documentations sur le pilote et son développement. Les rapports d'anomalies se font sur l'instance bugzilla de freedesktop.org. Ou bien passez un moment sur le canal irc #nouveau chez irc.freenode.net.

Installation automatisée de pilotes d'impressions

Robyn Bergeron, Tim Waugh

Interview

Tim - présente-toi ! Qui es-tu et sur quoi travailles-tu ?

Je suis ingénieur logiciel senior chez Red Hat travaillant sur l'impression : CUPS, Ghostscript, les pilotes d'impressions, la configuration des imprimantes, etc...

Je discute avec les membres de différents projets au sein de Fedora travaillant sur la prise en charge du matériel pour Fedora 13 (et au-delà !). J'ai compris que tu travailles sur l'installation automatisée de pilotes d'impressions, peux-tu me donner un aperçu général de cette fonctionnalité apporte aux utilisateurs ?

Depuis un certain temps, Fedora est capable de détecter les imprimantes USB dès qu'elles sont branchées. Cela fonctionne en utilisant les meilleurs pilotes installés sur le moment. La nouveauté dans Fedora 13 est que désormais, on vous proposera de télécharger et d'installer le bon pilote d'abord.

Cela est possible grâce à PackageKit, et fonctionne de la même façon qu'avec les polices, les codecs, les gestionnaires de MIME type, et les paquets de langages. Les paquets de pilotes sont affublé d'un tag IEEE 1284 Device IDs, une chaine de caractère spécifique à chaque modèle d'imprimante. À partir de l'IEEE 1284 Device ID de l'imprimante branchée, les paquets correspondant à l'identifiant sont installés.

Ça implique que chaque pilote d'imprimante doit déclarer tout les identifiants des modèles d'imprimantes supportées. Actuellement, nous couvrons deux tiers des imprimantes prises en charge.

Peux-tu me donner un exemple. Supposons que j'aille acheter une nouvelle imprimante à la boutique du coin, que dois-je faire pour l'installer ? Dois-je avoir des connaissances techniques spécifiques pour le faire ?

L'idée est que l'on n'ait pas besoin d'être un expert pour le faire. Tu arrives chez toi, tu lances ta machine, déballes le carton, branches ton imprimante. La seule et unique action que tu ais à faire, et de répondre à une boite de dialogue te proposant de télécharger et installer un pilote. Après cela, tu dois voir une notification te disant que tout est prêt pour imprimer.

Si le pilote est déjà installé, bien entendu, tu ne verras qu'une notification t'informant que l'imprimante est prête. La fonctionnalité dans Fedora 13 est de s'assurer de la présence d'un pilote d'impression fonctionnel.

Cette fonctionnalité fonctionne également avec les imprimantes réseaux. Quand vous configurez une imprimante réseau, tout les pilotes d'impressions nécessaires seront installés au cours de ce processus.

Parle moi des aspects communautaires de ton projet. Quels sont les autres personnes travaillant sur ce projet, éventuellement d'autres distributions ou constructeurs ?

Les retours que j'ai eu de divers constructeurs ont été positifs.

La chose la plus utile à faire d'un point de vue de communautaire est de récupérer les IEEE 1284 Device IDs. Plus d'informations sur ce billet.

Et à propos des tests ? As-tu un grand nombre de membres de la communauté Fedora qui te disent être prêts à t'aider à tester le fonctionnement dans leurs environnement à la fois sur leurs bureaux et leurs imprimantes ?

Bon nombre d'identifiants d'imprimantes manquants ont été soumis et les paquets corrigés, mais il reste beaucoup à faire.

'Quels sont tes plans pour Fedora 14 et au-delà ?

Pour le moment, rien de spécifique prévu pour Fedora 14 à cette date.

Où peux-t'on trouver des informations à propos des l'installation automatisée de pilotes d'impressions ? Y-a-t'il une liste des imprimantes prises en charge, une page communautaire, ou bien un endroit où on peut rapporter les bogues ou mieux si ça fonctionne parfaitement ?

La page relative au développement de la fonctionnalité : https://fedoraproject.org/wiki/Features/AutomaticPrintDriverInstallation

Les résultats de la journée de test : https://fedoraproject.org/wiki/Test_Day:2010-03-25_Printing

J'ai donné une courte présentation de l'installation automatisée de pilotes d'impression lors de l' OpenPrinting Summit la semaine dernière. Les transparents et une vidéo de la conférence sont disponibles ici :

Gestion des couleurs

Robyn Bergeron, Richard Hughes.

Interview

Richard - présente-toi ! Qui es-tu et sur quoi travailles-tu ?

Mon nom est Richard Hughes, j'ai 27 ans et je travaille pour Red Hat UK dans l'équipe desktop. Je suis le mainteneur de PackageKit, gnome-packagekit, gnome-color-manager, shared-color-profiles, gnome-power-manager and upower, et j'ai également contribué aux projets GNOME et infrastructures. J'ai également travailler un peu sur le noyau fut un temps, donc je suis relativement familier avec l'ensemble de l'environnement. Je travaille depuis Londres, d'habitude chez moi (d'où je vous écris à ce moment) bien que je passe du temps à discuter avec les gens toute la journée via la VoIP, IRC et l'email. Mon pseudo IRC est 'hugsie' qui est également mon surnom pour des raisons évidentes.

Je discute avec des membres de plusieurs projets au sein de Fedora travaillant sur la prise en charge du matériel pour Fedora 13 (et au-delà). J'ai compris que tu travailles sur la fonctionnalité gestion de couleurs, peux-tu m'en dire un peu plus ?

Fedora et Linux en général ont une prise en charge très pauvre en ce qui concerne la gestion par défaut des couleurs dans les applications clés. OS X et Windows 7 ont réussi à rendre la gestion des couleurs facile pour l'utilisateur, cela peut être une partie transparente du processus créatif. En fournissant la possibilité de gérer les profils dans Fedora, nous offrons aux créatifs d'avoir un rendu de couleur fidèle à l'écran de ce qu'ils viennent de scanner, et de même pour le document qui est en train d'être imprimé. C'est seulement en rendant ce genre chose très facile, que les utilisateurs pourront en profiter.

Peux-tu me donner un exemple plus concret ? Supposons que je vienne d'acheter un nouveau portable et d'installer Fedora 13. À quel point est-ce facile pour l'utilisateur moyen d'installer et d'utiliser cette fonctionnalité ? Quelles sont les raisons pour lesquelles, moi un utilisateur moyen, utiliserais-je la gestion des couleurs ?


Tout à fait, je te surprendrais en te disant que je suis probablement un utilisateur moyen un un sens. Je ne comprends pas grand chose aux mathématiques régissant les transformations de couleurs, je veux juste que ça fonctionne avec le moins de clics possible. L'aventure gestionnaire de couleurs GNOME a débuté avec mon hobby : la photographie numérique. Je ne prétends pas être le nouveau Imogen Cunnningham, je suis juste quelqu'un qui aime prendre des photos. J'ai passé quelques mois à prendre des photos qui semblaient superbes sur le viewfinder, qui semblaient "fausses" à l'écran et encore plus "fausses" à l'impression. Bidouiller les couleurs d'une façon ou une autre m'a semblé peu méthodique et peu vaudou. Je voulais juste que les couleurs de l'écran correspondent à celle de l'appareil photo, et de même avec les couleurs d'impressions. C'est seulement après profilage, caractérisation et calibration que je pouvais me rapprocher de cet objectif. Les outils existants fonctionnaient plus ou moins, mais ils étaient tous en ligne de commande, ésotériques. Et il n'y avait aucune intégration au bureau et devaient tous être configurés à la main.

Pour revenir à la question. Tu viens juste d'acheter un portable avec une Fedora 13 toute fraiche. Il y a deux façons pour corriger ou configurer tes périphériques. Dans ce contexte, les périphériques sont les périphériques d'entrées comme les appareils photos et scanners, les périphériques d'affichage comme les écrans et projecteurs, et les périphériques d'impression. Tu peux soit utiliser les profils ICC fournis par le constructeur (habituellement disponible sur le site OEM du celui-ci, bien qu'il faille parfois décompresser quelques fichiers de "pilotes" pour cela) qui sont de bonnes factures en général. Je dis de bonne facture en général car ce sont de toute évidence la moyenne de quelques appareils pris sur la ligne de production à un moment donné. Ça vaut probablement mieux que rien, mais si tu es payé pour vos œuvres, une obsédée du contrôle ou bien une puriste des couleurs, vous voudrez certainement générer vos profils personnalisés. Pour cela, il faut acheter un équipement spécialisé ($50 pour l'outil de configuration d'écran comme le Pantone Huey ou bien $300 pour celui capable de configurer imprimantes/projeteurs/écrans comme le ColorMunki) et ensuite utiliser gnome-color-manager pour générer le profil. Pour configurer les périphériques d'entrée, il faudra également acheter une cible de couleurs plus prosaïquement une cible imprimé avec des propriétés de couleurs connues. Elles valent en général quelques euros et sont disponibles un peu partout sur le web.

Certes, tout ça semble compliqué. Mais quelle en est la signification pour le photographe avec un peu d'argent dans les poches et du temps libre ?

  1. Tu achètes un appareil de calibration, par exemple le ColorMunki qui est très bon et pris en charge par Linux.
  2. Tu achètes une cible IT8 chez Wolf Faust qui vends des cibles à l'unité plutôt que par lot de plusieurs milliers.
  3. Tu prends une photo de la cible avec ton appareil photo numérique.
  4. Tu connectes ton appareil à l'ordinateur et générer un profil à partir de l'image.
  5. Tu scannes la cible avec ton scanner.
  6. Tu crées le profil du scanner à l'aide de l'image obtenue.
  7. Tu connectes l'appareil de calibration à l'écran et crée un profil de l'écran.
  8. Tu imprimes quelques feuillets de calibration à partir de ton imprimante.
  9. Tu mesures les patches à l'aide de ColorMunki et génère un profil.

Bien sûr, tu n'es pas obligé de réaliser un profil pour chaque périphérique, mais si tu le fais pour tout les périphériques d'entrées et sortie, ce qui est le nirvana numérique que des personnes très calés comme chez Pixar tentent d'achever. GNOME Color Manager essaie de rendre ceci le plus simple possible avec un maximum d'illustrations et d'assistants. Pour beaucoup, le simple fait de pouvoir utiliser le profil ICC fournis par le constructeur peut être déterminant.

Supposons que je sois une graphiste. Quels sont les avantages que j'ai à utiliser la gestion de couleurs ?

Si tu es une graphiste professionnelle travaillant sans la gestion de couleurs, tu as été chanceuse jusqu'à présent. Si je t'envoie une photographique qui semble superbe sur l'écran non calibré de mon IBM T61, et que tu montres ça à ton patron sur un projecteur, vous verrez une image très différente de ce que je vois. Si je corrige le canal bleu dans Gimp avant de l'envoyer (la plupart des écrans IBM tirant sur le bleu), ça tirera plutôt sur le jaune pour les autres si tu le charges sur Flickr par exemple.

En travaillant avec du matériel calibré et en s'assurant que toutes les images sont correctement marqués avec les espaces de couleurs, tu es certaine que l'image que tu as envoyé à ton ami (qui lui aussi utilise la gestion de couleurs) aura le même rendu que pour toi. Tu dois être plus prudente quand tu charges des images sur des sites comme Flickr car la plupart des internautes n'utilisent pas des périphériques calibrés. Certes, ça semble très technique, mais nous nous assurons que des logiciels tels que simple-scan utilisent les bons profils et les incorporent dans le documentent automatiquement afin que cela soit le plus transparent possible. Ainsi tout fonctionne du mieux possible.

Parle-moi un peu des aspects communautaires du projet à la fois dans Fedora et en dehors. Quel est le public demandeur de la gestion de couleurs, et quels sont les autres contributeurs du projet ? Travaillez-vous en collaboration avec d'autres projets ?

Bien, j'ai débuté ce projet comme beaucoup d'autres : répondre à un besoin. Ça ne fonctionnait pas pour moi, et j'ai supposé que c'était également le cas pour d'autres. Red Hat a été compréhensif, j'ai passé une bonne partie de mon "temps de travail" à rassembler et animer la communauté et sortir quelques versions. Je suppose que la gestion de couleurs est un (petit) pas de plus vers un bureau morderne, et que Red Hat l'a vite compris. Les autres communautés comme Ubuntu ont été réactives pour intégrer le code, mais le projet a été principalement porté par Fedora, du fait de notre capacité à importer des changement dans les projets amonts très rapidement. Par exemple, nous avions besoin d'un Gtk+ récent pour pouvoir embarquer les profils ICC dans les images, et Fedora a toujours été attentif à intégrer du nouveau code dans les projets amonts que certaines distributions.

J'ai écris la plupart du code, mais certains membres de la communauté ont proposé des correctifs, et quelques améliorations. Comme je n'ai pas la fibre artistique, la plupart des éléments artistiques, icônes, et figures ont été réalisés par la communauté. Le fichier d'aide qui est très bien fait, a été quasiment écrit par des contributeurs. Ce dernier est tout autant important que la gestion de couleurs est un domaine complexe et source de confusions.

GNOME Color Manager, comme la plupart de mes logiciels graphiques est seulement la cerise sur le gâteau. Le gros du travail a été de collaborer avec d'autres frameworks comme lcms, Gtk+ et l'utilisation de standard tels que les profils ICC dans les spécifications X. En utilisant d'autres standards comme DBus, et d'autres protocoles hérités, nous permettons à des applications tels que Gimp et Inkscape de "fonctionner tout simplement" avec la nouvel gestion de couleurs. Ainsi, quand on standardise les interfaces, nous devons discuter avec beaucoup de personnes. Cette semaine, je devais être à LGM pour discuter avec d'autres spécialistes de la gestion de couleurs à ce sujet, mais un volcan susceptible a interrompu nos plans.


Et pour les tests ? Vois-tu beaucoup de membres de la communauté Fedora te disant qu'ils sont prêt à t'aider pour tester le bon fonctionnement dans leurs environnements ?

Tout à fait, nous avons fait l'autre jour une journée de tests pour la gestion de couleurs qui s'est très bien passé. Je mets régulièrement à jour la version dans Fedora rawhide (parfois un cliché git), et les personnes sont prompt à rapporter les régressions, les bogues ou même les fonctionnalités qui leur manquent. Il se passe parfois peu de temps entre le rapport de bogue et la mise à jour.


Quels sont les plans et la feuille de route à l'avenir ?

Bien, j'espère ajouter la prise en charge des appareils mesurant les spots de couleurs. Cela permet à des appareils tels que le ColorMunki de mesurer un patch de couleur et ensuite de l'utiliser. C'est fréquemment utilisé par les graphistes souhaitant utiliser la même couleur dans la conception d'un mug qu'ils ont vu dans un magazine par exemple. Cela permet aux personnes d'avoir des couleurs concordantes sur leurs sites, goodies, et impressions et même d'avoir un canapé en cuir de la même couleur que son rouge à lèvres.

Je souhaite pouvoir gérer plusieurs profils pour chaque appareil. Bien que cela ait peu de sens pour les périphériques d'affichage, pour certains appareils tels que les appareils photos, on peut vouloir un profil "studio", un autre "extérieur". De même pour les imprimantes, un profil pour "le papier toilette pas cher" et un autre pour "le papier photo qui coute la peau des fesses". L'interface DBus supporte déjà ce schéma multi-profils bien que l'interface graphique ne le supporte pas. Du moins, pas encore.

Où peut-on trouver plus d'informations à propos de la gestion de couleurs ? Y-a-t'il une page communautaire, un endroit où rapporter les bogues ou mieux encore que ça fonctionne parfaitement ?

Pour Fedora, il y a http://fedoraproject.org/wiki/Features/ColorManagement bien qu'il vaudrait mieux s'inscrire à la liste de diffusion dédiée http://mail.gnome.org/mailman/listinfo/gnome-color-manager-list si vous êtes intéressés. Nous constituons une équipe de joyeux drilles toujours à la recherche de nouvelles têtes pour contribuer de nouvelles fonctionnalités, corriger les bogues, améliorer notre documentation. Je pense qu'il est important de considérer la gestion de couleurs comme un projet amont pour lequel Fedora a contribué qu'une fonctionnalité de Fedora que l'on essaie de faire rentrer au chausse-pieds dans les projets amonts comme d'autres distributions l'ont fait avec d'autres projets.

Je présenterais la gestion des couleurs au GUADEC cette année, donc si vous êtes présents, on pourra en parler autour d'une bière.


Liens d'intérêts