Archive:Fr FR/MythesSurFedora

From FedoraProject

Revision as of 20:53, 16 February 2010 by Mrtom (Talk | contribs)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search
Important.png
Old page
This page has been marked as "old", and likely contains content that is irrelevant or incorrect. If you can, please update this page. This page will be deleted if action is not taken.
= Mythes sur Fedora =

Il existe plusieurs mythes autour de Fedora. Certains d'entre eux étaient des faits qui ont changé depuis longtemps, d'autres des rumeurs ou des confusions. Certains sont des FUD répandus par des gens détestant Fedora. Nous essayons de corriger ou d'infirmer certains de ces mythes parfois entendus.

Contenus:


Contents

MYTHE - Fedora est instable et peu fiable, seulement un système de tests pour des logiciels non testés

FAIT - Ces idées fausses viennent de deux choses :

1. De fedora.redhat.com : "It is also a proving ground for new technology that may eventually make its way into Red Hat products." - " C'est aussi la base pour de nouvelles technologies qui pourraient être disponibles sur les produits Red Hat". 2. Fedora a des sorties rapides, un cycle de vie court et intègre beaucoup de nouveaux programmes récents.

Pour le premier cas, cela veut dire que Red Hat utilise Fedora comme une plateforme de développement de nouvelles technologies, dont certaines sont utilisées plus tard dans Red Hat Enterprise Linux. Cela ne signifie pas que Fedora est un dépotoir de codes non testés mais que Fedora est une plateforme progressant rapidement.

Pour le deuxième cas, cela signifie que Fedora est souvent exécuté dans un territoire qui n'est pas en production, pas qu'il utilise des codes trop récents. Les programmes dans Fedora sont généralement stables ou bien testés pour les versions non finales. Il existe de règles avant l'inclusion de logiciels en pré-sortie et des tests rigoureux sont effectués pour la sortie de Fedora Core.

Chaque version de Fedora reçoit des mises à jour de la communauté de développement Fedora, dont fait partie Red Hat, pendant une année. Continuer les mises à jour depuis le Projet Fedora Legacy étend la durée de vie d'une version de Fedora pour deux ans ou plus selon le calendrier de sortie. Référez-vous à la page http://fedoralegacy.org/about/faq.php pour plus de détails.

Nous faisons tout notre possible pour nous assurer que les versions finales destinées au grand public soient stables et fiables. Fedora Core a prouvé qu'il peut être stable, fiable et sûr. Plusieurs entreprises et organisations requièrent à Fedora Core pour des tâches quotidiennes et, dans certains cas, pour des infrastructures critiques. De plus, nos processus d'empaquetage et de révision ajoutent une couche de sécurité supplémentaire, absente de certaines distributions. Vous pouvez compter sur Fedora Core.

MYTHE - Fedora n'est pas conforme à la philosophie open-source, n'est pas communautaire

FAIT - Red Hat est le principal donateur pour le Projet Fedora et contrôle plusieurs aspects du projet, donnant une fausse impression que Fedora n'est vraiment pas guidé par la communauté. Ce n'est pas le cas. La position de Red Hat sur Fedora aide seulement à fournir une gestion et une orientation plus stable, ce que d'autres projets de logiciels libres apprécient. Les intérêts de Red Hat sont aussi ceux de la communauté, ce qui donne à la communauté un important pouvoir de contrôle sur les enjeux de Fedora. Par exemple, on peut citer Fedora Extras qui contient des milliers de paquets maintenus par des centaines des volontaires de la communauté Fedora. Fedora Legacy est aussi géré par la communauté.

Red Hat a toujours contribué à énormément de développements portés par la communauté. Plusieurs travaux, qui intègrent maintenant le projet Fedora, sont la marque du dévouement de tous les contributeurs aux principes du logiciel libre. Parmi ces contributions, notons les travaux sur la Native POSIX Threading Library (NPTL) , le Global File System (GFS) et le Fedora Directory Server .

Le projet Fedora lui-même est formé de logiciels libres. Fedora a un dépôt CVS disponible au public et les codes sources de chaque paquetages sont disponibles. Tous les codes doivent être couverts par une licence de logiciels libres (Open Source) pour être inclus dans Fedora, ce qui garantit votre droit de modifier et de redistribuer librement les logiciels. Seules les marques déposées Fedora sont contrôlées. Ces protections sont en place afin d'assurer l'intégrité du nom Fedora, pas plus.

MYTHE - Fedora n'inclut pas des logiciels qui pourraient l'être

FAIT - L'un des buts principaux du Projet Fedora est de fournir un système d'exploitation ouvert, pouvant être modifié et redistribué gratuitement partout dans le monde. Nous encourageons n'importe qui souhaitant voir un logiciel Open Source inclus dans Fedora à rejoindre le projet Extras . Cependant, le projet ne peut accepter les paquetages incluant des caractéristiques avec des responsabilités légales. La page ForbiddenItems (applications interdites) décrit certains paquetages légalement problématiques et la liste des alternatives libres que nous pouvons vous proposer.

Par exemple, Fedora inclut plusieurs lecteurs multimédias supportant une large gamme de formats libres et ouverts mais n'incluant aucune technologies propriétaires. Intégrer ces formats audio et vidéos nous permet de fournir une station multimédia que n'importe qui peut utiliser et modifier. Le Projet Fedora est bien conscient que certains utilisateurs ont besoin de formats propriétaires que nous ne distribuons pas, c'est pourquoi nous fournissons des lecteurs médias extensibles via les greffons. Cela permet aux éditeurs-tiers de distribuer légalement ces codes afin de les rendre disponibles comme plugins fonctionnant sur nos lecteurs multimédias.

En général, ces restrictions, décrites sur la page ForbiddenItems , ont pour but une protection de la distribution et de l'usage du logiciel. Les lois variant selon les pays, les avocats peuvent les intepreter différemment, ce qui exige que le projet adhère aux règlements les plus restrictifs.


MYTHE - L'installation de logiciels est compliquée et RPM cause beaucoup de problèmes

FAIT - Fedora fournit l'utilitaire yum pour la gestion des logiciels. Comme apt, Red Carpet et d'autres gestionnaires de logiciels Linux, yum utilise les dépôts de paquetages pour localiser, télécharger et installer les versions les plus récentes des logiciels demandés.

L'utilitaire yum est activement développé et est très lié à la communauté Fedora. Sur Fedora Core 4, yum est configuré pour l'usage des dépôts Core et Extras par défaut. Les développeurs de Fedora ont récemment écrit des outils graphiques pour la gestion de paquetages, appelé Pirut, et des mises à jour appelé Pup. Actuellement, Yum Extender reste l'interface graphique la plus utilisée. Il est disponible sur le dépôt Extras .

RPM est simplement le format pour les paquets logiciels, qui supporte des caractéristiques spécifiques, comme la signatures numérique pour vérifier l'authenticité du paquet. L'utilitaire rpm permet d'effectuer différentes tâches reliées aux paquetages RPM incluant l'installation individuelle des paquets logiciels. Cette méthode n'est pas recommandée pour l'installation de logiciels sur le système Fedora.

Pour plus de détails, lisez la documentation sur notre site Web (en anglais):

Fedora Documentation: Managing Software with Yum

MYTHE - Fedora manque de bons outils de gestion

FAIT - Les développeurs de Fedora suivent un ensemble de principes permettant une bonne utilisation:

  • Le système ne doit pas exiger d'interactions avec l'utilisateur s'il effectue certaines tâches automatiquement.
  • Si un outil de gestion est nécessaire, il doit exécuter seulement une tâche particulière, et l'exécuter bien.
  • Les outils de gestion doivent avoir les caractéristiques requises mais aucune fonctions non nécessaire.
  • Les outils de gestion ne doivent pas exiger le contrôle exclusif des fichiers de configuration - les administrateurs doivent être capable de modifier eux-même les fichiers de configuration désirés, sans compromettre le système.

Des efforts significatifs ont été investis dans le développement de la reconnaissance automatique du matériel et, plus récemment, dans la configuration automatique du réseau avec le système NetworkManager . Depuis Fedora Core 4, la plupart des appareils USB fonctionnent dès qu'ils sont connectés, sans demander aucune configuration manuelle.

Fedora facilite les tâches administratives les plus courantes en fournissant un ensembles d'utilitaires graphiques, connus sous le noms d'outils system-config. Ceux-ci permettent aux administrateurs de contrôler les aspects clé du système, ainsi que les principaux services réseau. L'outil de gestion du bureau Sabayon est développé par les ingénieurs de Red Hat sur Fedora et suit le même principes de fonctionnement que les outils system-config.

Fedora possède aussi l'outil d'installation le plus élégant et sophistiqué de tous les systèmes d'exploitation. L'installeur anaconda supporte une large gamme de méthodes d'installation, du CD au démarrage par le réseau et l'installation depuis le Web. L'utilitaire kickstart rend la création et l'usage des modèles de configuration très simple pour l'installation automatisée. Les ingénieurs travaillent constamment à peaufiner anaconda. Parmi les caractéristiques apparues dans Fedora 5 , il y a le support de l'installation de machines virtuelles Xen et des utilitaires de création de systèmes de démarrage personnalisés exécutés à partir de disques (connu sous le nom de LiveCDs).


MYTHE - Fedora doit utiliser un système de fichier alternatif

FAIT - Fedora supporte l'ext3 comme système de fichier par défaut, qui est robuste et fournit des performances excellentes pour les systèmes et les tâches les plus courantes.

Certains systèmes de fichier sont conçus pour fournir des caractéristiques spéciales et des performances optimales pour certains systèmes à grande échelles, mais ne fournissent pas de meilleurs performances que l'ext3 sur les matériels standards. Les systèmes de fichier xfs, reiserfs et jfs sont disponibles comme dans les options d'installation, à titre expérimental, pour les utilisateurs et développeurs ayant des exigences avancées. Les participations de développeurs à l'amélioration des supports pour ces systèmes de fichier sont bienvenues.

Le système de fichier Reiser4 est actuellement en cours de développement par Namesys et ne supporte pas complètement plusieurs caractéristiques clés, requises par les utilisateurs de Fedora, dont SELinux, les ACLs (Access Control Lists) et NFS (Network File System).

Namesys continue à maintenir la version 3 du système de fichier Reiser mais se concentre sur la version version 4. La Version 3 de Reiser ne dispose pas non plus du support des ACLs et de SELinux.


MYTHE - Fedora n'est pas optimisé pour la performance, parce que la plupart des paquets sont pour la version i386

FAIT - Fedora inclut des paquets spécifiques aux processeurs pour les logiciels qui peuvent être optimisés pour des processeurs particuliers. Tous les autres paquets sont compilés avec les options permettant l'utilisation des processeurs modernes, sans sacrifier pour autant la compatibilité.

Comme indiqué dans les notes de sorties, Fedora est déjà compilé pour tirer avantage des nouveaux processeurs sans casser la compatibilité avec plusieurs marques comme VIA qui gardent les anciens standards d'instructions.

Seul un petit nombre des composants logiciels sur un système Linux moderne bénéficient réellement des compilation spécifiques à un type de processeurs, utilisé par l'ordinateur : le kernel-même et les bibliothèques glibc, qui contiennent des routines communes des logiciels. Fedora fournit une multitude de paquets pour chacune des versions de ces composants. L'installeur et le gestionnaire de logiciels choisissent toujours le paquet optimal, dépendant du processeur de votre système.

Plusieurs options d'optimisations peuvent actuellement réduire les performances du logiciel si elles sont appliquées incorrectement. Pour cette raison, veuillez lire les documentations des développeurs du produit avant de compiler une version à partir des sources avec certaines options d'optimisation.